David Pesci – Amistad

  • Edition : Ramsay
  • Prix : 125 Francs (livre prêté)
  • Pages : 366
  • Date de parution : 1998

Capturé sur sa terre d’Afrique, vendu à un négrier, jeté à fond de cale, enchaîné, affamé, maltraité, Singbe, farouche Mandingue, ne renonce pas. Il veut retourner en Afrique parmi les siens. Il réussit à soulever les autres prisonniers et à s’emparer du navire, l’Amistad, une goélette espagnole. Mais les mutins, ignorant tout de la navigation en mer, trompés par les matelots, sont dirigés vers la Nouvelle-Angleterre, où ils sont arraisonnés par la marine américaine.
L’histoire est vraie. Et elle ne s’arrête pas là. Nous sommes en 1839. Comment en effet un procès exemplaire, qui passionnera l’Amérique entière. Entre les magistrats procéduriers jusqu’à la caricature, les diplomates vindicatifs, les marchands d’esclaves abjects, les journalistes en quête de sensationnel, les hommes de l’ombre et les champions de l’abolitionnisme, la bataille s’engage. Le Président, esclavagiste, essaiera en vain de s’opposer à ce que Justice soit faite.

De cette histoire extraordinaire, qui rappelle évidemment l’épopée des Révoltés du Bounty, David Pesci a tiré un roman bâti avec l’efficacité d’un legal thriller à la John Grisham. Le travail de l’historien vient y soutenir la puissance des émotions. Un grand roman d’aventures qui met en scène les souffrances et les espoirs de ces hommes engagés dans un combat pour la liberté.

Le résumé est parfait. Je ne vais pas en refaire un. D’abord, il faut que vous sachiez que je suis une totale novice dans ce domaine qu’est l’esclavage. Je sais quelques événements mais pour moi ce livre, ce qui s’est passé durant l’Amistad, je l’ignorais. Je vous avouerai qu’il m’est assez difficile de parler de ce livre car, je ne sais pour quelle raison, je n’ai pas trouvé l’auteur crédible. C’est assez dingue de dire ça quand même. En fait, cette phrase : « Cependant j’ai parfois créé des personnages, […] inventé des dialogues » dans la partie des Sources m’a laissée sceptique. Tout au long de ma lecture, je me demandais « Ceci est-ce vrai ? Et cela ? ». Ceci étant normal puisque je ne connais pas du tout ce domaine, sinon j’aurai pu faire la part des choses. Alors je suis souvent allée vérifier les dires de l’auteur sur Wikipedia (source n°1 haha). Ce qui en a fait une lecture très instructive mais longue et coupée, ce qui n’est pas forcément plaisant. (mais je tiens à marquer le fait que j’ai beaucoup appris grâce à ce livre)

L’histoire en elle-même est révoltante, j’avais envie que tout s’arrange pour l’équipage de l’Amistad. Je me suis vraiment rendue compte des mauvais traitements faits aux Noirs, de l’injustice pratiquée et c’est inadmissible. C’est une histoire touchante, poignante, révoltante durant laquelle le lecteur ressent de la colère, du désespoir comme de la joie et de l’espoir. Car Singbe, le chef, en a énormément et qu’importe la situation. Ceci amènera ses amis à garder leur motivation.

Mes personnages préférés sont Singbe, Grabeau, Burnah pour les esclaves, même si tous jouent un rôle important dans l’Histoire. Tous les jurés de la défense également, et plus particulièrement Baldwin et l’Ami.

Outre mon scepticisme, c’est une lecture très intéressante, je suis contente d’avoir lu ce livre. Je pense même lire d’autres livres ayant pour thème l’esclavage pour mieux maîtriser l’Histoire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s