Joyce Carol Oates – Petite soeur, mon amour

  • Editions : Philippe Rey
  • Prix : 24€
  • Pages : 667
  • Date de parution : 2010
  • Langue originale / traductrice : Américain / Claude Seban
  • Ma note sur Livraddict : 15/20

Toujours pas de résumé car je n’ai pas celui de l’édition.

Skyler raconte l’histoire de sa famille : les Rampike. Pas toute l’histoire mais le bout le plus médiatisé. Oui Skyler est célèbre, non pas lui directement, mais sa petite soeur de 6 ans, Bliss. Une célèbre patineuse, ou du moins une graine de stars devenue célèbre car elle a été retrouvée morte dans la chaufferie de sa maison, aucune effraction. Le frère, alors renfermé sur lui-même, devient le coupable parfait. Dix ans après (je crois), au moment de l’écriture de son livre, il est un marginal drogué. Mais est-ce vraiment lui qui a commis le crime ? Haïssait il vraiment la célébrité de sa soeur au point de la tuer ?

Cette histoire est tirée de faits réels : une petite fille de 6 ans, reine de beauté tuée dans les mêmes circonstances aux Etats-Unis.

Ce livre a été une réelle découverte car cette auteure a un réel talent ! Son style d’écriture nous transmet en pleine face l’angoisse, l’esprit détraqué de Skyler. Elle utilise des effets de style, s’adresse au lecteur, l’oscillation entre « je » et « il ». (D’ailleurs je ne sais pas si c’est vraiment la folie de Skyler qui est retranscrite ou une erreur de traduction, qu’importe). Ca amène, tout de même, beaucoup de confusion entre l’auteure du livre et Skyler, l’auteur de son livre. Je n’ai pas tout bien suivis…

RSE signifie avoir toujours à relever un défi, celui de résister à son destin un peu plus longtemps

La mise en page est également originale. Entre les nombreuses notes qui jouent avec l’humeur de l’auteur, les petits dessins, les différents styles d’écriture, les lettres, les différentes présentations ; le lecteur rentre totalement dans l’histoire et ne peut pas la lâcher. Même si parfois, je n’avais pas ce sentiment de « j’veux lire ce livre, j’veux le lire, tout  le temps!! » car le personnage principal est vraiment tourmenté, l’histoire est complexe et, je le redis, c’est parfois confus, comme Skyler.

En même temps, avec un père qui n’est jamais là et qui trompe sa femme, une mère en manque de reconnaissance qui voue un culte à sa fille, une soeur célèbre qui veut juste faire plaisir à sa maman, lui qui n’a jamais rien réussis de bien ; normal qu’il ne soit pas tout net et que le lecteur ressente vraiment l’environnement familial peu favorable. Tout cela rend Skyler touchant mais quand même pas trop…

Personnellement, j’ai su qui était le coupable assez vite, sur une faute d’orthographe. Skyler ou quelqu’un d’autre… ?

Nouveaux mots : occise (meurtre), péristaltique (contraction),

C’était une très bonne lecture, presque un coup de coeur si ça n’avait pas été aussi confus dans les personnes qui parlent. Petit bémol : quelques fautes d’orthographe (en dehors de celles commises pour l’histoire). Très bonne mise en page et une histoire très bien écrite tout de même. Belle découverte au niveau de l’auteure, je pense vraiment tester d’autres de ses livres.

Advertisements

2 réflexions sur “Joyce Carol Oates – Petite soeur, mon amour

  1. Toine dit :

    Bon je suis sur que tu l’avais remarqué, je le dis donc pour le voisin d’à côté qui le lira.
    Dans tes nouveaux mots, c’est « occise » avec deux « c » 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s