Erich Schaake – L’allemand qui sauva Bordeaux par amour

L'allemand

  • Editions : Michel Lafon
  • Prix : 16,95€ – livre prêté (mais je crois qu’il n’est plus édité)
  • Pages : 209
  • Date de parution : 2011
  • Langue originale / traductrice : Allemand / Josie Mely

Heinz Stahlschmidt, sous-officier, arrive à Bordeaux avec la Wehrmacht. Très vite, il se prend d’affection pour la ville et ses habitants, et tombe amoureux d’une Française, Henriette. Pendant l’été 1944, alors que la guerre est perdue pour son camp et que les forces allemandes commencent à évacuer la France, Heinz reçoit l’ordre de faire sauter les quais de la ville, ce qui condamnerait des milliers d’innocents à une mort certaine. Au péril de sa vie, le jeune homme décide de désobéir à cet ordre criminel. Il passe à l’action et détruit le dépôt de munitions situé près du port. Après cet acte de bravoure et de rébellion contre l’Allemagne nazie, Heinz se cache jusqu’à la fin de la guerre dans une famille de résistants. Naturalisé Français en 1947, il prend alors le nom de Henri Salmide, et épouse enfin sa chère Henriette…

Livre acheté pour ma grand-mère à Noël. Comme d’habitude, elle me le prête, d’où le fait que je lui achète des livres qui peuvent me plaire. Sale gosse que je suis.

Petits points sur l'histoire

Ma chronique ne sera pas longue du tout puisque le résumé dit tout de l’histoire racontée dans ce livre. Bien sûr, vous allez découvrir les petits détails de leur rencontre jusqu’à la fin de la guerre, mais globalement, vous savez déjà toute l’histoire. Mais dans un sens, ce n’est pas un livre avec du suspense ou autre, donc savoir la fin ne vous gâchera pas le plaisir de lire ce livre. En ce qui me concerne, j’ai apprécié cette lecture.

Tuer des gens qui pensent différemment, c’est de la prévention ?

C’est un petit livre donc quand je parle de « petits détails », cela ne veut pas dire que vous allez tout savoir en détails mais que l’auteur vous raconte quelques détails. Pourquoi ceux-là et pas d’autres ? Car ils sont en relation avec le sauvetage de Bordeaux orchestré par Heinz. Car c’est là le but de toute l’histoire : quand Heinz va à l’encontre de son « camp » car « Ce n’est plus [sa] guerre ». Vous apprenez alors pourquoi il en est venu à passer à l’acte et c’est là qu’apparaît l’importance d’Henriette. Derrière un homme il y a toujours une femme et celle-ci aura joué un rôle très important lors de la guerre, même implicitement.

C’est pourquoi j’ai travaillé pour la France – avec un coeur allemand

Au delà de ce moment de l’histoire qui est raconté, l’auteur nous dévoile également sa rencontre avec Heinz et Henriette. C’est la partie du livre que j’ai préféré. Nous y découvrons des sentiments contradictoires de la part de Heinz, l’amour qu’il y a entre eux deux, etc… C’est la partie qui m’a le plus émue !

En dehors de cette histoire, nous apprenons diverses choses qui, il est vrai, sont bonnes à savoir. Comme par exemple si les allemands étaient fiers de ce qu’ils faisaient, de leur pays mais aussi nous apprenons la signification de mots qui sont rentrés dans le vocabulaire depuis cette époque comme Gestapo ou boche.

Organisation du livre

A chaque début de chapitre, l’auteur retrace rapidement la situation de l’époque, en général, durant la guerre. C’est écrit en italique donc la différence est repérable. A un moment, l’auteur a également parlé du passé de Heinz par cette manière mais globalement c’est cela. Ensuite l’auteur raconte la situation du couple à ce moment-là. Je trouve cela très intéressant !

Au milieu du livre il y 3-4 pages de photos anciennes et des plus récentes en papier glacé. J’apprécie beaucoup quand il y en a dans les livres historiques !

P1020462

Petits mots : varech (algues qui sont laissées par la mer et qui sont utilisées comme engrais), salmigondis (conversations ou autres, faits confusément)

Une lecture vraiment attendrissante. Je ne parle pas de la guerre bien sûr… mais de leur histoire d’amour, de l’amour de Heinz envers Bordeaux également. J’aime ces vieilles histoires (pas si vieilles que ça finalement), qui datent de nos grand-parents, d’un autre temps. De ces histoires d’amour qui se déclenchent en un coup de foudre, ces histoires impossibles. Ces non-dits, ces cachotteries que toutes époques détiennent. Néanmoins, ce livre n’a pas été un coup de coeur car l’écriture n’est pas parfaite, il manque un petit quelque chose pour nous émouvoir totalement. En tout cas, heureuse que l’histoire et la dévotion de Heinz envers Bordeaux soient mises en lumière, trop tard peut-être.

AvisL'allemand

Advertisements

Une réflexion sur “Erich Schaake – L’allemand qui sauva Bordeaux par amour

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s