Bertrand Guillot – Sous les couvertures

P1030717Rue Fromentin • 2014 • 176p • 16€ (partenariat Price Minister)

Une couverture si belle, un résumé si parlant. Je ne pouvais que choisir ce livre pour les Matchs de Price Minister !

• En Bref •
Note sur Livraddict : 16/20

Cette lecture est un bonbon acidulé, il surprend au début, ensuite c’est une délectation et après on en redemande, certifié sans crise de foie, enfin presque !

Un samedi soir, une librairie de quartier. Comme toutes les nuits, sitôt le rideau tombé, les livres s’éveillent et se racontent leurs histoires… Mais ce soir, l’heure est grave : les nouveautés viennent d’arriver, et les romans du fond de la librairie n’ont plus que quelques jours pour trouver un lecteur ! Pour sortir par la grande porte, il leur faudra s’unir et prendre la place des best-sellers solidement empilés près de la caisse. Autant dire qu’ils n’ont pratiquement aucune chance…

L’histoire est assez originale puisque je n’avais jamais lu de livre mettant en scène des livres qui parlent ! Ce contexte assez loufoque amène pourtant des sujets plus profonds : le sort des librairies indépendantes, le livre numérique, les grands revendeurs, les sites internet de ventes de livres, les prix littéraires, les couvertures…

Les livres prennent vie une fois le rideau de la librairie baissé. Cela semble assez incongru de faire vivre des livres, de leur imaginer des batailles et des sentiments mais passer la surprise, il suffit de se laisser porter par un imaginaire que, tout passionné, à forcément souhaité réaliser ! (enfin peut-être pas à ce point)

[Les livres n’aimaient rien tant que se raconter les mêmes histoires]

Chaque livre se trouve être un personnage à part entière avec son propre caractère, enfin plus précisément celui de son auteur ! Le livre est l’auteur, le livre est l’histoire écrite par l’auteur puisque c’est son histoire qui se reflète dans sa vie quotidienne. L’auteur (du livre que j’ai lu – nous allons nous perdre !) joue avec les mots, le contexte et l’environnement littéraire ce qui rend la lecture très plaisante voire très drôle ! Drôle car quand je lisais, je pensais à ces situations également, je me suis rendue en librairie et en voyant les tables, les étagères, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à ce livre et de rigoler !

Néanmoins, certains passages se sont tout de même avérés être assez longs et difficiles à imaginer…

Une histoire très attendrissante de part ma (notre si vous lisez cette chronique) passion mais tout de même assez lourde à lire dans le sens où faire vivre des livres qui évoluent dans une librairie, ce n’est pas la grosse intrigue palpitante. Quoique. C’est surtout une lecture pour l’imaginaire presque magique et pour la transmission de certains messages d’actualité.

Rien à voir mais j’aime l’objet livre car je suis fan des livres de la maison d’éditions Rue Fromentin !

Advertisements

7 réflexions sur “Bertrand Guillot – Sous les couvertures

  1. Livresse des Mots dit :

    J’ai apprécié les réflexions sur le monde du livre et les problématiques que ce roman soulève, j’ai beaucoup aimé les personnages du libraire et de son apprentie, mais alors les passages avec les livres et leur guérilla, je n’ai pas vraiment accroché… c’était long et pas très utile je trouve. Les livres (en admettant qu’ils « vivent »), je ne les imagine pas avec des défauts aussi « humains »…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s