Sébastien Rongier – 78

DSC00356Fayard • 136p • 2015 • 15€ (partenariat Cultura Waves Metz) 

Il y a cet homme qui a gardé le réflexe de tendre la main sous la table pour caresser son chien, alors que son chien est mort. Cette femme qui boit du Get 27 pour oublier que son amant ne viendra pas. Ce militant d’extrême droite qui cherche à embrigader le patron de la brasserie. A l’abri des regards, dans la cuisine, il y a le rescapé d’une nuit d’octobre. Et puis il y a l’enfant. L’enfant qu’un adulte accompagnait mais qui est le seul à présent devant son verre vide. L’enfant qui attend que l’adulte revienne. 
Nous sommes en 1978, dans une brasserie près de la cathédrale de Sens. C’est un instantané de la France et d’une époque.  Mais aussi le récit atemporel et poignant de la perte de l’enfance, dans le bourdonnement indifférent de cette ruche française.

Titre énigmatique avec une mise en page très spéciale toujours avec des nombres. Une couverture très bien pensée avec ces ombres. De quoi vous donner envie de vous plonger dans cette lecture très curieuse !

Je tiens à remercier le magasin Cultura du Waves à Metz pour cette découverte ! Je précise qu’un avis positif ou négatif n’a aucune incidence sur quoique ce soit. Le but est de donner mon avis sur quelques livres de la rentrée littéraire ! J’ai fait une vidéo ICI si vous souhaitez en savoir plus 🙂

Il n’y a aucun chapitre mais les personnes allergiques aux longs paragraphes seront rassurées car il y a de nombreux  textes courts. Non pas 78 mais presque 20 de plus. Alors ce titre ? C’est l’époque : 1978 !

Cette lecture est très originale et intéressante de part sa mise en page mais également son contenu qui est très subtile et parfois (voire tout le temps) difficile à capter.
Le style d’écriture est parfaitement maîtrisé dans le but de rendre l’ambiance déstabilisante, oppressante, suivant une cadence bien pensée comme une mélodie des mots.
C’est d’une belle intelligence, subtile encore, traitant de nombreux sujets à la fois dans un environnement identique pour de nombreux personnages, avec des visions de vies différentes.
Certains paragraphes sont assez surprenants : parfois écrits à l’envers pour raconter une chronologie, un texte est entièrement composé de titres de chansons (est-ce que ça a un sens ? Je ne sais pas !), un autre ne faisant qu’une phrase mais sur 5 pages ou alors le passé/présent s’entremêlent comme les personnages et leurs avis.

L’histoire n’est pas identifiable au premier coup d’oeil de lecture. Le lecteur apprend au fur et à mesure des pages quelques renseignements sur chaque personnage, leur histoire. Au début aucun prénom n’est donné et toutes les informations arrivent ensuite pour tout comprendre à la fin.
Enfin essayer car si vous êtes comme moi, vous allez lever un sourcil et vous dire que vous n’avez décidément pas un cerveau très compétent !

Cette lecture s’avère être très complexe, spéciale et bien plus profonde qu’elle n’en a l’air : ne vous fiez donc pas à l’écriture fluide et au peu  de pages !

Advertisements

2 réflexions sur “Sébastien Rongier – 78

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s