• Lecture très plaisante, CHRONIQUES

J. Courtney Sullivan – Maine

P1020751

  • Editions : Rue Fromentin
  • Prix : 22€ (Service presse)
  • Pages : 450
  • Date de parution : ce 2 MAI prochain ! (2013)
  • Langue originale / Traductrice : Américain / Camille Lavacourt
  • Où le trouver : Lalibrairie.com
  • Ma note sur Livraddict : 15/20

Pourquoi la vie de famille est-elle si compliquée ? Et comment faire quand la moindre conversation peut déclencher un drame ? 
Les femmes de la famille Kelleher se posent les mêmes questions mais n’y apportent jamais les mêmes réponses. Réunies pour une dernière fois dans leur maison de vacances du Maine, Alice (la grand-mère), Kathleen (la mère), Maggie (la petite-fille) et Ann-Marie (la belle-fille), tentent de vivre ensemble malgré les secrets et les discordes passées. Cet été bouleversera leur existence.

Je souhaite remercier les éditions Rue Fromentin de m’avoir envoyé le deuxième livre de J.Courtney Sullivan et de m’avoir proposé de la rencontrer sur Paris. Malheureusement j’habite trop loin…

Comme je l’ai déjà dit dans la chronique de « Les débutantes », également de J.Courtney Sullivan chez les éditions Rue Fromentin : je suis amoureuse de cette maison d’éditions car l’objet livre est vraiment très beau : la couverture, le papier, l’odeur, la prise en main, etc ! Je ne dis pas cela pour flatter quelqu’un puisque je vous l’avais déjà dit l’année dernière (quand je n’avais aucun contact avec cette maison).

[la mer bleue à perte de vue][le monde s’arrêtait là, et que si vous nagiez suffisamment longtemps, vous tombiez dans le ciel étoilé]

« Maine » est un livre très dense, avec beaucoup de personnages, d’informations et de messages.

Ce livre est découpé comme « Les débutantes » : par personnage. Il y a quatre personnages principaux qui représentent quatre manières différentes de voir la vie/quatre générations. Ils sont mis en valeur par leur nom au début de chaque chapitre : Alice (la grand-mère), Kathleen (la mère), Maggie (la petite-fille) et Ann Marie (la belle-fille). Quatre femmes, encore ??? Oui ! Il ne faut pas oublier que J.Courtney Sullivan est féministe et que la place de la femme dans la société est un sujet important dans ces livres.

Pour vous aider à comprendre qui est qui par rapport à qui, voici un petit arbre :

Mainenoms
Je vous laisse découvrir beaucoup d’autres personnages, très importants aussi !

C’est une lecture assez complexe de part le nombre de personnages et le fait qu’une situation amène à un souvenir. Il ne faut pas s’y perdre. Normalement non et c’est plaisant ! Plaisant car c’est une histoire bien ficelée. Ce sont ces souvenirs souvent très pesants qui sont la cause des situations actuelles, des relations conflictuelles dans la famille Kelleher. Nous plongeons dans des secrets de famille qui hantent de nombreuses personnes encore aujourd’hui; des secrets qui influent sur les générations futures. Quelle famille n’en a pas ?

Un livre plein de vérité…

…autant par ces lourds souvenirs que par les pensées des personnages, leurs regrets, ressentis par rapport aux obligations familiales. L’esprit de famille est un point important dans ce roman. Je pense que tout le monde va se sentir concerné par un point : ne pas aller voir sa grand-mère assez souvent, ne plus rien partager des grands moments d’antan, offrir en attendant des choses en retour, … Ce thème ne peut que tous nous toucher… (et nous faire culpabiliser!)

Personne n’est jamais comme vous le souhaiteriez

Un autre thème : les quatre femmes, car si ce sont des femmes ce n’est pas pour rien. Elles représentent quatre générations de femmes nées à des époques différentes, élevées différemment. Nous pouvons alors observer l’évolution de la condition féminine à travers les années, leurs manières de voir la femme et d’être une femme. Les relations mères-filles sont également soulignées.

D’autres thèmes très importants sont traités : l’alcoolisme, la religion, nouvelle conception du couple, superficialité, condition financière, l’immigration, les origines, le conditionnement, …

Tout comme « Les débutantes », c’est un roman féminin mais pas de chick-lit pour filles. C’est un roman qui met en valeur des sujets plus profonds. J’ai encore adoré l’écriture de l’auteure et l’histoire. Petits bémols : le manque d’attache envers les personnages et la fin, j’aurai tellement souhaité une autre fin. Mais bon.

Petit conseil : si vous n’aimez pas les descriptions, ne lisez pas ce livre, idem si vous êtes sexiste.

Publicités
• A lire sans hésiter !!, CHRONIQUES

J. Courtney Sullivan – Les débutantes

Déb

  • Editions : rue fromentin
  • Prix : 22 euros
  • Pages : 517
  • Date de parution : 2012
  • Langue originale / traducteurs : Américain / Frédéric Collay et Anne-Laure Paulmont
  • Ma note sur Livraddict : 16/20

Quatre amies se rencontrent à l’Université féminine de Smith, campus mythique des Etats-Unis, haut lieu de la culture féministe. C’est le début d’une intense amitié. Le temps, le mariage, la vie d’adulte les sépareront, mais la disparition inexpliquée de l’une d’entre elles finira par les réunir. Face aux déceptions de l’existence, rien n’est plus précieux que les souvenirs et les amies des années de faculté. Bree, Celia, April et Sally vont s’en rendre compte.

J’ai craqué pour ce livre par rapport à la couverture de côté, la quatrième de couverture super girly, le papier, le flex ainsi que l’odeur du livre ! Je n’avais pas lu le résumé alors je pensais que ça allait parler des débutantes, vous savez ces filles de l’élite qui participent à des bals ! Pas du tout mais ça m’a tout de même plu ! Par contre, j’ai hésité à l’acheter car 22 euros c’est un peu cher pour une découverte. Mais après l’avoir croisé deux fois à des endroits différents, je me suis dis que ce devait être un signe, hop acheté !

[…] pour ne pas faire un gros caca sur la table pendant que j’accouche

C’est une partie de l’histoire de quatre filles : Celia, April, Bree et Sally, qui se sont rencontrées à l’université féminine Smith. Dans ce livre, elles racontent, de leur point de vue (une fille à chaque chapitre), leur l’histoire : comment elles sont arrivées à cette université, ce qu’elles sont devenues, ce qu’elles pensent de et dans la vie.

« Les débutantes » traite de la sexualité féminine via chaque fille : Celia est une fille débordante d’envies et n’arrive pas à se poser, April est une féministe aguerrie, Bree se cherche mais tend à être lesbienne et Sally est mariée et attend un enfant. Ces quatre profils sont traités à l’extrême : Celia couche avec un homme chaque soir, April se lance dans des campagnes sérieuses et dangereuses, Bree raconte ses moments érotiques et Sally nous invite à son accouchement !

[…] sans qu’on ait eu le temps de s’y préparer, on prenait un coup de plein fouet, peut-être qu’on en ressentait la morsure que plus intensément

C’est également l’histoire d’une amitié entre quatre filles devenues femmes, qui a des hauts et des bas, mais qui prouve que malgré les aléas de la vie, les différentes nouvelles occupations, une amitié, si elle est forte, le reste. Cela pourrait nous faire penser à la saga « Quatre filles et un jean » mais pour lecteurs/lectrices plus âgé(e)s.

Ça pourrait faire penser à de la littérature féminine car c’est à base de « femmes » mais ce n’est pas tout à fait ça. C’est plus profond, traitant de sujets plus importants. Je penche donc pour de la littérature contemporaine. J’ai vraiment apprécié cette lecture, c’est parfois tiré par les cheveux (surtout pour April) mais globalement c’est une lecture bien sympathique avec un sujet bien traité. Je ne sais pas si je suis vraiment objective car ça m’a fait penser à mon groupe d’amies (quatre également) et à ce que nous pourrions vivre après les études ! A vous de voir, mais je vote pour que vous lisiez ce livre 😉