• Lecture très plaisante, CHRONIQUES

Marc Levy – Si c’était à refaire

sicetaitarefaireEditions : De Noyelles • 422 p • 2012 • 2€ en brocante

Où le trouver : en poche sur Lalibrairie.com

Andrew Stilman, grand reporter au New York Times, vient de se marier. Le 9 juillet 2012 au matin, il court le long de l’Hudson River quand il est soudainement agressé. Une douleur fulgurante lui transperce le dos, il s’effondre dans une mare de sang. Andrew reprend connaissance le 9 mai 2012… Deux mois plus tôt, deux mois avant son mariage. À compter de cette minute, il a soixante jours pour découvrir son assassin, soixante jours pour déjouer le destin. De New York à Buenos Aires, il est précipité dans un engrenage vertigineux. Une course contre la montre, entre suspense et passion, jusqu’au dénouement…à couper le souffle.

J’ai attendu 1 an pour le lire. Inconsciemment c’est ma forme de rébellion car ça m’énerve ce buzz autour de cet auteur. Il peut écrire l’annuaire que tout le monde achèterait quand même ses livres. Je dis ça alors que j’ai tous ses romans dans ma bibliothèque…

¤

Globalement, Marc Levy avec moi, ça fonctionne. Encore une fois cela a été le cas. Dès les premières pages j’ai été prise par l’histoire et j’ai lu ce livre en 2 jours. Mais toujours avec les livres de Marc Levy (et son sosie livresque), j’ai déjà du mal à en parler car je ne m’en souviens plus très bien… Je suis paradoxale car je fond toujours devant ses histoires.

Ici encore, le cocktail « amour-amitié-effet bizarre » m’a énormément plu ! Je suis une bonne cliente. Le lecteur est attendri par la relation entre Andrew et sa future femme. Il est embarqué dans la quête du meurtrier d’Andrew et suivra ce dernier dans tous ses voyages. Voyages qui peuvent s’expliquer par la fin, mais qui tout du long nous paraissent assez incongrus sachant qu’il devrait se focaliser sur son meurtrier… J’ai été déçue ou stupide mais je pensais vraiment qu’un personnage était le tueur et finalement pas du tout… Par contre, j’ai du me poser deux secondes pour bien me remettre les personnages dans le contexte : qui est qui par rapport à qui qui a fait quoi… C’est un peu le bordel, bien amené mais pas très bien ficelé.

Marc Levy n’a rien inventé : un homme qui revient en arrière pour revivre et modifier des événements. Mais ce qui est vraiment surprenant, c’est la fin. Bien sûr, je ne peux rien vous dire… Une idée bizarre (pour Marc Levy) est devenue une idée géniale.

• En Bref •
Ma note sur Livraddict : 14/20

Ce livre a l’avantage d’être une très agréable lecture de part le style très fluide de l’auteur, les rebondissements, les événements et les personnages. Hâte de lire la suite.

Publicités
• Livre dévoré, CHRONIQUES

Marc Levy – Le voleur d’ombres

  • Editions : Edition spéciale Pocket / Robert Laffont
  • Prix : 6,65€
  • Pages : 292
  • Date de parution : 2011
Et si l’adulte que vous êtes devenu rencontrait l’enfant que vous étiez ?
Enfant, il vole les ombres de ceux qu’il croise… et chacune de ces ombres lui confie un secret.
Malgré lui, il entend les rêves, les espoirs et les chagrins de ceux qu’il aime. Que faire de cet étrange pouvoir… ?
Quelques années plus tard, le « voleur d’ombres » est devenu étudiant en médecine… Est-il encore capable de deviner ce qui pourrait rendre heureux ses proches, comme Sophie avec laquelle il étudie la médecine, ou Luc, son meilleur ami, qui voudrait changer de vie ?
Et lui, sait-il où le bonheur l’attend ?
Amour d’une mère. Inoubliable premier amour. Amour qui s’achève… Amitié longue comme la vie. « Le Voleur d’ombres » est une histoire d’amour au pluriel.
 
Un petit bonhomme, rêveur, se rend compte qu’il vole l’ombre des autres et parle avec. Trop d’imaginations ? Personne ne le croit sauf Cléa, une petite fille sourde et muette, dont l’ombre a la voix douce. Il se rend compte de son pouvoir en étant petit, sur le banc de la cour, avec son vieil ami Yves, son meilleur ami Luc et son ennemi Marquès. Puis il reviendra quand il sera grand, étudiant en médecine, il comprendra les pensées d’un petit qui ne veut plus parler. Il aidera son ami Luc à changer de vie mais également la sienne, il suivra enfin les aspirations de son ombre pour ne pas la perdre dans l’escalier.
 
Je ne veux pas trop vous en dire, mais je me pose quelques questions, vous pourrez répondre à celle-ci : « Qui est Yves ? », j’ai ma petite idée, en même temps le résumé laisse penser cela. Voilà ma petite idée pour commencer.
J’ai trouvé ce livre très émouvant, plein de sentiments, de tendresse.
Une histoire qui porte sur une partie de la vie du petit garçon devenu grand, basée sur l’amour et l’amitié. Des sentiments tant au niveau de la famille, des amis, des petites-amies… Le livre en devient philosophique.
 
J’ai adoré la manière d’écrire quand il est petit, ses réflexions. Quand il est grand, ce qui m’a touchée c’est sa quête du bonheur et faire le bonheur autour de lui. Voici un petit extrait, au début qui m’a fait rire et qui résume la manière dont l’histoire est écrite pour relater l’enfance :
 

J’ai supplié mes pieds d’arrêter de n’en faire qu’à leur tête, je les ai suppliés de ne plus voler d’ombres et surtout de rendre la sienne à Marquès dès que possible.

 
Par contre, j’imaginais davantage d’ombres, là elles sont parfois intégrées subtilement, pour moi ce n’était pas assez basé sur ça.
 
Mes personnages préférés sont le narrateur-dont-je-pense-connaître-le-prénom mais je ne veux pas vous induire en erreur et Cléa pour ce qu’elle représente et l’histoire qu’elle amène.
 
Un livre qui se lit très rapidement, une très belle histoire, c’est mignon, touchant, poignant et attendrissant à la fois. Encore un Marc Levy que j’aime beaucoup !