• Pas ma tasse de tisane, CHRONIQUES

Paulo Coelho – La sorcière de Portobello

photo très moche, désolée

  • Editions : J’ai Lu
  • Prix : 6 €
  • Pages : 281
  • Date de parution : 2008
  • Langue originale / Traductrice : Brésilien / Françoise Marchand Sauvagnargues

Qui est Athéna, si charismatique et si vulnérable à la fois ? Fille adoptive d’une famille libanaise exilée à Londres, elle rencontre à l’université le futur père de son enfant. Bouleversée par sa propre maternité, elle part à la recherche de sa mère biologique, une gitane roumaine.

Je voulais retenter l’expérience philosophique de Paulo Coelho mais je suis tombée dans une lecture beaucoup plus abstraite, au delà de la réflection. Le résumé m’annoncait tout autre chose…

Quand la bouche se ferme, c’est que l’on allait dire quelque chose d’important

Pourtant cela avait plutôt pas mal commencé. L’histoire de cette sorcière est racontée par différentes personnes : une personne pour chaque moment important de sa vie. Comme un fil conducteur et à chaque fois qu’on avance, une personne différente raconte un moment de la vie d’Athéna. Je n’ai pas vraiment compté, mais il y a : un numérologue, une actrice, un médecin, un journaliste, sa mère, etc… Je vous laisse découvrir. Parfois le style de narration des personnages est différent de l’un à l’autre ce qui est intéressant. Par exemple, j’ai aimé remarquer la différence entre sa mère et le numérologue. Mais parfois c’est moins flagrant.

Voilà, je pense que c’est le seul point positif de ce livre. Pourtant j’ai apprécié l’esprit philosophique de « L’alchimiste » mais alors là pas du tout… Déjà, je trouve que l’histoire part dans tous les sens, que c’est du grand n’importe quoi : l’histoire de Tchernobyl par exemple…?!. Ensuite, le livre est énormément basé sur la religion, la spiritualité, la « sorcellerie »; le tout agrémenté de clins d’oeils à des passages de la Bible… Je ne crois pas forcément en Dieu donc ce livre a été d’une longueur incroyablement énorme… Ca fait trop secte, trop embrigadement. Après pour ceux qui croient dur comme fer en Dieu ça peut le faire. Ca m’a réellement fait penser à un livre sur la religion.

… en évoquant son passé, révélant son présent, découvrant et prophétisant l’avenir

Après on peut voir plus loin, mais c’est complexe car la religion casse l’envie de pousser les barrières : ce livre montre que même si on est « bizarre », si on a quelque chose de différent, d' »anormal » pour la normalité imposée, il ne faut pas se dénigrer car on a tous quelque chose de magique. Est-ce vraiment ce message que voulait faire passer l’auteur ? Je n’en sais rien… Je suis vraiment perdue sur le but souhaité.

La fin avait un brin de surprise, je l’ai pas mal appréciée même si pas totalement comprise : pourquoi Athéna a pris cette décision, si elle s’est séparée ou non de son enfant…

Je n’ai pas adhéré à cette lecture, cela ne m’empêche pas de vouloir lire encore des livres de Paulo Coelho. C’était juste pas le bon pour moi, dommage. Je me dis que l’auteur ne devait pas être dans on état normal quand il l’a écrit… Haha.

Publicités
• Pas ma tasse de tisane, CHRONIQUES

Paulo Coelho – L’alchimiste

[photo à venir]

  • Editions : J’ai Lu / Anne Carrière
  • Prix : 5,60€
  • Pages : 191
  • Date de parution : 1994

Santiago, un jeune berger andalou, part à la recherche d’un trésor enfoui au pied des Pyramides. Lorsqu’il rencontre l’Alchimiste dans le désert, celui-ci lui apprend à écouter son coeur, à lire les signes du destin et, par-dessus tout, à aller au bout de son rêve.

Ce livre est un conte philosophique, il faut le lire en sachant cela car sinon l’histoire en elle-même n’est pas intéressante (même si le personnage principal est attachant et certains autres fantastiques), car chacun à sa Légende Personnelle.  Au lieu de vous parler de l’histoire, je vous cite quelques passages :

« Lorsqu’on voit toujours les mêmes personnes […], on en vient à considérer qu’elles font partie de notre vie. Et alors, puisqu’elles font partie de notre vie, elles finissent par vouloir transformer notre vie. Et si nous ne sommes pas tels qu’elles souhaiteraient nous voir, les voilà mécontentes. Car tout le monde croit savoir exactement comment nous devrions vivre. »

« Quand tous les jours sont ainsi semblables les uns aux autres, c’est que les gens ont cessé de s’apercevoir des bonnes choses qui se présentent dans leur vie tant que le soleil traverse le ciel. »

« C’était le langage de l’enthousiasme, des choses que l’on fait avec amour, avec passion, en vue d’un résultat que l’on souhaite obtenir ou en quoi l’on croit. »

« Il se trouvait à deux heures à peine, en bateau, des plaines d’Andalousie, mais entre lui et les Pyramides il y avait le désert. Il comprit que la situation pouvait être envisagée aussi de la manière suivante : en vérité, il se trouvait maintenant à deux heures de moins de son trésor. »

« Tout ce que nous craignons, c’est de perdre ce que nous possédons, qu’il s’agisse de notre vie ou de nos cultures. Mais cette crainte cesse lorsque nous comprenons que notre histoire et l’histoire du monde ont été écrites par la même Main »

« Quand on ne peut revenir en arrière, on ne doit se préoccuper que de la meilleure manière d’aller de l’avant. »

« Mourir demain valait tout autant que mourir n’importe quel autre jour. Chaque jour était fait pour être vécu ou pour quitter ce monde. Tout ne dépendait que d’un mot : « Mektoub ». »

« Les châmeaux sont traitres : ils font des milliers de pas sans laisser voir aucun signe de fatigue. Et puis, tout d’un coup, ils tombent à genoux et meurent. Les chevaux, eux, se fatiguent peu à peu. Et tu sauras toujours combien tu peux encore leur demander, et le moment où ils vont mourir. »

« Les coeurs des hommes sont ainsi. Ils ont peur de réaliser leurs plus grands rêves, parce qu’ils croient ne pas mériter d’y arriver, ou ne pas pouvoir y parvenir. »

« Quoi qu’elle fasse, […], toute personne sur terre joue toujours un rôle principal de l’Histoire du monde. Et normalement elle n’en sait rien. »

Petite indication : j’ai connu cet auteur en découvrant son agenda 2011-2012 (que je n’ai pas acheté finalement, mais il en sort tous les ans je crois). Il était très beau et j’ai décidé de me renseigner et de le lire !