• A lire sans hésiter !!, CHRONIQUES

Stieg Larsson – Millénium Tome 2&3 !

La fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette

Le Tome 1 c’est ICI

  • Editions : Actes Sud collection actes noir
  • Prix : 23€ (je l’ai acheté en brocante)
  • Pages : 653
  • Date de parution : 2006
  • Langue originale / Traducteurs : Suédois / Lena Grumbach + Marc de Gouvenain

Tandis que Lisbeth Salander coule des journées supposées tranquilles aux Caraïbes, Mikael Blomkvist, réhabilité, victorieux, est prêt à lancer un numéro spécial de Millénium sur un thème brûlant pour des gens haut placés : une sombre histoire de prostituées exportées des pays de l’Est. Mikael aimerait surtout revoir Lisbeth. Il la retrouve sur son chemin, mais pas vraiment comme prévu : un soir, dans une rue de Stockholm, il la voit échapper de peu à une agression manifestement très planifiée. Enquêter sur des sujets qui fâchent mafieux et politiciens n’est pas ce qu’on souhaite à de jeunes journalistes amoureux de la vie. Deux meurtres se succèdent, les victimes enquêtaient pour Millénium.
Pire que tout, la police et les médias vont bientôt traquer Lisbeth, coupable toute désignée et qu’on a vite fait de qualifier de tueuse en série au passé psychologique lourdement chargé. Mais qui était cette gamine attachée sur un lit, exposée aux caprices d’un maniaque et qui survivait en rêvant d’un bidon d’essence et d’une allumette ? S’agissait-il d’une des filles des pays de l’Est, y a-t-il une hypothèse plus compliquée encore ?

Cela sera un petit avis car le contexte n’est pas différent du Tome 1. Je vais vraiment dire mon ressentis.

Tout d’abord, je trouve qu’il y a davantage de dialogues qui ne servent à rien type : « il demanda à Malou si elle voulait encore du café. Elle n’en voulait plus ». On s’en fout en fait… Et ceci presque tout du long.

Egalement, l’histoire m’a moins embarquée qu’au premier tome. Peut-être que je n’ai plus la surprise du contexte Millénium. J’ai aimé la lecture 200 pages avant la fin et durant les passages où Lisbeth parle. Car durant ce tome, ce n’est pratiquement que Mikael qui parle et je n’aime pas trop ce point de vue.

Rien de spécial à raconter. J’ai hâte de lire le tome 3 après la fin du 2. Je suis tout de même déçue par rapport au premier tome même si la découverte de Zalachenko est surprenante et l’évolution du personnage de Lisbeth est très intéressante !

Millénium est tout de même une sacrée saga qui vaut le coup d’être lue !

Ensuite j'ai commencé le Tome 3, directement à la suite.

La reine du palais des courants d’air

  • Editions : Le Grand Livre du Mois
  • Prix : non indiqué (acheté en brocante)
  • Pages : 711
  • Date de parution : 2008
  • Langue originale / Traducteurs : Suédois / Lena Grumbach et Marc de Gouvenain

Le lecteur du deuxième tome l’espérait, son rêve est exaucé : Lisbeth n’est pas morte. 
Ce n’est cependant pas une raison pour crier victoire : Lisbeth, très mal en point, va rester coincée des semaines à l’hôpital, dans l’incapacité physique de bouger et d’agir. Coincée, elle l’est d’autant plus que pèsent sur elle diverses accusations qui la font placer en isolement par la police. Un ennui de taille : son père, qui la hait et qu’elle a frappé à coups de hache, se trouve dans le même hôpital, un peu en meilleur état qu’elle… Il n’existe, par ailleurs, aucune raison pour que cessent les activités souterraines de quelques renégats de la Säpo, la police de sûreté. Pour rester cachés, ces gens de l’ombre auront sans doute intérêt à éliminer ceux qui les gênent ou qui savent. Côté forces du bien. on peut compter sur Mikael Blomkvist, qui, d’une part, aime beaucoup Lisbeth mais ne peut pas la rencontrer, et, d’autre part, commence à concocter un beau scoop sur des secrets d’Etat qui pourraient, par la même occasion, blanchir à jamais Lisbeth. Mikael peut certainement compter sur l’aide d’ Armanskij, reste à savoir s’il peut encore faire confiance à Erika Berger, passée maintenant rédactrice en chef d’une publication concurrente.

Je n’aurai pas du le lire juste après le Tome 2. Je n’ai pas su résister mais je pense que j’aurai davantage apprécié la lecture. Quoique, bref, chacun fait ce qu’il veut et peut-être que certains ont vraiment adoré les lire à la suite !

C‘est le dernier tome donc, sachant que l’auteur a été publié à titre posthume. Comme le tome 2, toujours la même manière d’écrire. C’est toujours aussi long au début. Et toujours comme le tome 2, je n’ai commencé à vraiment apprécier la lecture que vers la fin. Dommage, plus aucun livre après.

C‘est assez frustrant de se dire que c’est le dernier tome. Peut-être y a t-il des notes cachées qui formeront un livre écrit par d’autres mains ? Je pense que la suite aurait parlé de la soeur de Lisbeth et ça aurait été très intéressant.

Par rapport à cette édition, il y avait beaucoup de fautes de frappes…

Bilan très bref.

En même temps, globalement, je n’ai pas vraiment été conquise par cette saga. Elle a été très divertissante, j’ai beaucoup aimé les personnages mais le rythme de l’histoire est trop long. Le premier tome c’est la découverte donc l’histoire se déroule à un rythme assez rapide mais les contenus des deux tomes qui suivent se ressemblent et c’est l’attente de la suite qui prime… Dommage. A tester tout de même. Maintenant, je vais regarder les films (au mieux les suédois, sinon les américains).

Veuillez m’excuser pour cette chronique médiocre mais je ne sais pas du tout comment vous présenter cette saga. Je ne souhaitais pas être redondante non plus par rapport à toutes les autres chroniques qui existent déjà, les articles de presse, les films etc… De plus les résumés en disent déjà pas mal. Ceci n’est donc que mon avis.

Publicités
• A lire sans hésiter !!, CHRONIQUES

Stieg Larsson – Millénium Tome 1

Les hommes qui n’aimaient pas les femmes

  • Editions : France Loisirs
  • Prix : non indiqué (acheté en brocante)
  • Pages : 575 pages
  • Date de parution : 2009
  • Langue originale / Traducteurs : Suédois / Lena Grumbach & Marc de Gouvenain

Ancien rédacteur de Millénium, revue d’investigations sociales et économiques, Mikael Blomkvist est contacté par un gros industriel pour relancer une enquête abandonnée depuis quarante ans. Dans le huis clos d’une île, la petite nièce de Henrik Vanger a disparu, probablement assassinée, et quelqu’un se fait un malin plaisir de le lui rappeler à chacun de ses anniversaires. Secondé par Lisbeth Salander, jeune femme rebelle et perturbée, placée sous contrôle social mais fouineuse hors pair, Mikael Blomkvist, cassé par un procès en diffamation qu’il vient de perdre, se plonge sans espoir dans les documents cent fois examinés, jusqu’au jour où une intuition lui fait reprendre un dossier. Régulièrement bousculés par de nouvelles informations, suivant les méandres des haines familiales et des scandales financiers. lancés bientôt dans le monde des tueurs psychopathes, le journaliste tenace et l’écorchée vive vont résoudre l’affaire des fleurs séchées et découvrir ce qu’il faudrait peut-être taire.

Encore une critique sur Millénium vous vous dites. Cette saga composée de 3 livres est devenue culte et il n’y a plus besoin de la présenter ou du moins c’est ce que je pensais car il y a peu je ne connaissais cette saga que de nom. Alors j’ai décidé de me jeter dans cette saga écrite par feu Stieg Larsson.

Une amie m’avait dit qu’il fallait s’acrocher au début, la lecture étant vraiment longue. Je n’ai pas trouvé du tout. J’ai été prise dans l’ambiance tout de suite. La présentation des personnages est parfaitement menée, il y a un bon rythme. Même si on ne comprend pas tout de suite qui est qui par rapport à qui, on sait qui est telle personne et ce qu’elle fait. Ainsi, dès le début, le rythme de lecture amène rapidement au vif du sujet, qui reste rythmé par des flashbacks et des dialogues. Par contre, il faut réussir à y arriver, car une autre personne a abandonné la lecture à cause des noms suédois. Alors certes lire « Midsommarkransen » n’est pas relativement facile (et ce mot n’est là qu’une fois) mais les noms des personnages principaux ne sont pas difficiles : Salander, Blomkvist, Vanger, peut-être un peu de difficulté pour Wennerström. Certains noms de ville ne sont pas communs mais principalement il y a Hedestad, Uppsala, Sandhamn (de mémoire). D’autres sont peut-être plus ardus à lire mais il suffit juste de les survoler et de les reconnaître par la suite sans nécessairement savoir les prononcer. Pas de soucis pour ce point, je vous rassure.

Arrive donc vite le but de ce premier tome : découvre ce qui est arrivé à Harriet Vanger, qui fait partie d’une très grande famille. De nombreux Vanger et il faut se concentrer pour savoir que untel est le fils de untelle, soeur de untel etc… Pour cela, l’auteur a inséré une page où il résume les personnages. Nous sommes peut-être un peu perdus mais c’est le but car Mikaël l’est également. Pour nous amener à faire partie de l’enquête et entrer plus encore dans l’histoire, l’auteur nous présente les plans de l’île élaborés par Mikaël. Ca rend la lecture plus attrayante et dynamique.

Néanmoins, même si l’histoire est basée sur une enquête, je trouve qu’elle ressemble trop à un Cluedo à échelle humaine et je n’apprécie pas celui sur plateau donc j’ai eu un peu de mal à trouver le concept crédible. De plus, Lisbeth est un personnage qui connait tout sur les ordinateurs donc il a y beaucoup de termes techniques et je me dis que l’auteur peut raconter ce qu’il veut, je n’y comprend rien. J’ai apprécié mais ces deux points ont fait que je n’ai pas pris, et c’est paradoxal car les références doivent donner de la crédibilité, quelques passages et le début de l’enquête au sérieux.

Avec un titre pareil et l’image il était certain que l’histoire n’allait pas être rose mais je ne m’attendais pas à autant de violences sexuelles envers les femmes. Bon de part le coupable de l’enquête ça peut s’expliquer mais en ce qui concerne l’histoire de Lisbeth j’ai trouvé qu’il n’était pas nécessaire d’aller aussi loin, la description du personnage était parfaite même sans ce « détail ».

En dehors de ces points sur l’histoire en elle-même, au niveau du livre je trouve qu’il y a trop de placement de produits et qu’il devrait y avoir un « P » comme sur les clips car au début c’était vraiment trop fréquent et limite insupportable. En plus, j’ai trouvé certaines fautes qui n’auraient pas dû être faites par des éditeurs. Ce sont deux points moins importants dans la lecture, ne vous inquiétez pas.

Malgré ces points, j’ai adoré ce livre, je l’ai dévoré en peu de temps et j’ai vraiment hâte de me lancer dans le deuxième tome !! J’ai vraiment bien aimé les personnages de Mikaël et Lisbeth, leur complicité professionnelle et personnelle. Si vous êtes passés à côté de cette saga, laissez vous tenter dès que possible !